Vers 9-10 ans Mathy commençait à changer de caractère, elle s'affirmait.

A 11 ans, avec l'entrée en 6ème, elle devenait bien chiante, elle rentrait en phase de pré-adolescence.

Mais l'entrée en 5ème a marqué une mutation complète de la personnalité de la miss... L'adolescente n'a plus rien à voir avec la petite fille d'il y a quelques années.

A 12 ans, ses hormones font le grand 8 et son humeur s'en ressent. Elle s'isole dès qu'elle rentre du collège, elle tire une tête de 10 pieds de long à table, elle n'a plus envie de partager des choses avec nous, elle nous parle mal...

Le bordélisme, n'en parlons pas... Je comprends mes parents qui râlait à la vue de ma chambre quand j'étais ado. Je suis sidérée par le capharnaüm qu'elle est capable de créer en un temps record et dans lequel elle est capable de vivre !

Les règles sont régulièrement remises à l'ordre du jour pour lui imposer de s'intéresser et de respecter des autres membres de la famille. En gros, la sortir de son égocentrisme ! Non Mathy n'est pas le centre du monde. Oui son frère et ses parents existent aussi et ont le droit de vivre autour d'elle et d'échanger avec elle... Il faut sans cesse remettre les choses au clair.

La communication avec Zhom est devenue difficile, alors j'endosse le rôle de la médiatrice, de celle qui explique les choses le plus en douceur possible, de celle qui essaie de la faire parler et l'amener à se confier, de celle qui cherche des compromis.

Par exemple - et cette concession m'a vraiment coûté -, dans la mesure où cela n'engage pas sa santé, nous avons décidé d'arrêter son traitement pour le PRP. Ce traitement, c'était un bras de fer quotidien pour la faire prendre ses cachets, pour la faire mettre ses crèmes. Trop chronophage, trop de tensions et tout ça pour rien puisque le traitement n'étant pas fait correctement était totalement inefficace ! Après plusieurs discussions, nous avons donc convenu de le suspendre mais de garder tout ce qu'il fallait pour pouvoir le remettre en route si elle en éprouvait le besoin... Je n'ai cependant pas lâché sur l'application quotidienne de sa crème hydratante et de sa crème traitante sur le visage ! On n'est déjà suffisamment mal dans sa peau au moment de l'adolescence pour ne pas risquer de subir des moqueries à cause de grosses plaques rouges sur le visage ! 

En bref, on navigue  continuellement à vue... Il faut s'adapter, rappeler les limites et nous en donner à nous aussi pour la laisser évoluer. 

Pas facile de vivre au côté d'une adolescente !