En l'occurence, au maître de mon Ptit Thom :

*****

Monsieur,

Je vous informe que Thomas n’a pas fait l’exercice de lecture qui lui était demandé pendant les vacances.

Le niveau demandé pour pouvoir comprendre seul le style et le vocabulaire utilisés dans le livre qu’il a choisi était bien trop élevé pour un enfant de son âge ne maîtrisant pas encore correctement la lecture.

Nous avons donc commencé la lecture ensemble et heureusement !

Je suis au regret de vous informer que ce livre n’est pas adapté à un enfant de 9 ans. Certains passages sont un peu trop sexualisés. Bien que je doute fortement qu’il soit opportun d’aborder un tel thème dès cet âge, j’ai continué la lecture avec mon fils pour ne pas le pénaliser.

Et puis nous sommes arrivés page 38, où un cadavre « gît sur le carrelage, les bras en croix, dans une marre de sang, la gorge ouverte d’une oreille à l’autre. Ses yeux révulsés fixent Sébastien… ». Vous comprendrez que j’aie stoppé nette la lecture. J’ai poursuivi seule pendant quelques pages pour voir s’il pouvait reprendre en sautant quelques passages. Mais ce n’est pas le cas. Bien que mon fils soit catastrophé à l’idée de ne pas répondre à l’exercice donné, je lui ai interdit de continuer la lecture !  Je peux vous assurer que cette histoire est psychologiquement trop difficile à supporter par des enfants de CM1 et qu’elle est encline à heurter leur sensibilité d’autant qu’ils sont sensés la lire seuls. Je comprends cependant que vous ne puissiez lire chaque livre que vous proposez à vos élèves.

Mon fils et moi avons donc trouvé un compromis. Si vous voulez bien lui donner un autre livre plus « accessible» et lui accorder un délai supplémentaire, il le lira et réalisera le travail que vous avez demandé à vos élèves.

Je vous remercie par avance pour votre compréhension,

Bien cordialement,

*****

Pour le fun, voici quelques extraits du début du livre que mon fils avait à lire pendant les vacances. J'imagine que grâce à ces quelques extraits vous comprendrez très bien l'augmentation de ma tension intérieure - ou alors vous me jugerez un peu prude - :

"Sébastien, lui, est aux anges. (...) il y aura des baby-sitters à la maison ; autant qu'elles soient du sexe opposé pour nourrir ses premiers fantasmes érotiques en leur sein.

"Avec Justine, il est servi : elle a une poitrine qui le fascine. De plus, elle est blonde, autre motif de curiosité sensuelle qui perturbe délicieusement la libido naissante de l'adolescent précoce."

"Sébastien s'est donc juré de tenter sa chance au plus tôt : il se fait fort de parvenir à séduire Justine"

"si la demoiselle se montrait rétive à son charme, (...) Projection de la hanche, immobilisation au sol dans la foulée et la belle sera à sa merci."

"excellent motif de chantage à la délation pour inciter Justine à tout lui révéler des mystères du corps féminin"

"Pas de pyjama, Sébastien dort tout nu. (...) Son stratagème a marché au poil. Justine va être obligée de venir le border. Avec un peu de chance, il lui verra les seins quand elle se penchera."

Nous arrivons ensuite à la fameuse page 38 qui a déclenché ma colère !!! Je vous fait grâce de la citation déjà retranscrite plus haut et des descriptions répétitives et sanglantes du corps et de la scène de crime...

Quid des pages suivantes ? Elles invitent le lecteur à se mettre à la place de Sébastien, seul face à un psychopathe puisque les parents sont à un repas chez des amis et la baby-sitter est morte égorgée dans la cuisine ! Les nerfs sont mis à rude épreuve car l'assassin joue à cache-cache avec sa proie dans la maison plongée dans le noir !

Le tueur à Sébastien : "- Ta maman a téléphoné. Elle ne doit pas s'inquiéter, tu sais, je vais bien m'occuper de toi."

Sur cette réplique, j'ai refermé définitivement ce livre à mi-chemin entre les 50 nuances de Grey et les Rivières pourpres - merci couzine pour cette analyse littéraire très explicite - , j'ai pris le cahier de liaison de Thomas et un stylo pour exprimer le fond de ma pensée à l'instit de Thomas... J'ai tout de même pris soin d'édulcorer un peu mon propos "pour ne pas heurter la sensibilité" de ce Monsieur et ne pas risquer qu'il prenne en grippe mon petit !